La ville d'Oran

Oran, surnommée "la radieuse" est la deuxième ville d’Algérie. C'est une ville portuaire de la mer Méditerranée, située au nord-ouest de l'Algérie, à 432 km de la capitale Alger. En 2008, la commune comptait 609 940 habitants, alors que la population de l'agglomération oranaise était d'environ 1 000 000 habitants. Oran est divisée en douze arrondissements également appelés « secteurs urbains ». Chaque arrondissement ou secteur a sa propre antenne communale, administrée par un délégué communal élu qui gère les affaires administratives, techniques, politiques et sociales. La ville compte plusieurs monuments/lieux intéressants pour les touristes tels que: La promenade Ibn Badis, la mosquée du Pacha, l'église Saint Louis, le tombeau de Sidi El Houari, la cathédrale du Sacré Coeur, place du 1er Novembre, Musée Ahmed Zabana, le mont Santa-Cruz, les plages d'Oran (Mers El-Kébir, Ain El-Turck, Bousfer, les Andalouses, etc.), etc.

La ville dispose de moyens de transport diversifiés. Un premier tronçon d'une ligne de Tramway de 18,7 km et 32 stations, reliant Sidi Maârouf à Es Senia, est en service depuis le 2 mai 2013. L'aéroport international Ahmed Ben Bella est à 12 km du centre-ville assurant des vols nationaux et internationaux (Afrique , Europe). Des ferries assurent des liaisons depuis le port d'Oran vers les villes européennes de Marseille, Sète, Alicante et Almería via les compagnies nationales Algérie Ferries ou la SNCM. La gare ferroviaire dessert les villes d'Alger, Tlemcen et Béchar. L'architecture de la gare d'Oran construite lors de la colonisation française reprend les symboles des trois religions du livre. Ainsi son aspect extérieur est celui d'une mosquée, où l'horloge a la forme d'un minaret; les grilles des portes, fenêtres et plafond de la qoubba (dôme) portent l'étoile de David; alors que les peintures intérieures des plafonds portent des croix catholiques.

Oran est un pôle universitaire important. La ville et sa banlieue comptent plusieurs universités telles que l'Université d’Oran-Es-Sénia, l'USTO, l'ENPO. La ville abrite aussi plusieurs établissements d’enseignement supérieur tels que l'Institut National des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication, l'Institut hydrométéorologique de formation et de recherches (IHFR) à vocation Africaine, l'Institut des Sciences Médicales, l'École préparatoire aux sciences et techniques et l’Institut des langues étrangères. Lors de l'année universitaire 2007/2008, Oran comptait 63 094 étudiants.

Oran est la capitale du raï, style musical issu d'anciennes traditions algériennes. De nombreux écrivains ont fait d'Oran le théâtre de scènes de leurs livres. Le célèbre hidalgo Don Quichote de Cervantes fait étape à Oran. Une partie du roman Clovis Dardentor de Jules Verne se déroule dans la ville. Les plus célèbres des références sont sans doute signées par Albert Camus dans son roman La Peste et dans son essai L'Été. On retiendra aussi le roman de Yasmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit.

Oran est jumelée avec les villes suivantes: Alicante (Espagne), Bizerte, Sfax (Tunisie), Bordeaux, Lyon, Metz (France), Le Caire (Égypte), Casablanca, Oujda (Maroc), Dakar (Sénégal), Gdansk (Pologne), La Havane (Cuba), Durban (Afrique du Sud), Zarka (Jordanie) et Djeddah (Arabie saoudite).

Oran est à l'origine de plusieurs mets comme la karantika et la mouna. L'oranais, tartelette à l'abricot et à la crème a été inventée à Oran sous la colonisation française.

Association d’Aide aux Enfants Cancéreux - AAEC